Culte
Groupes
Chorale
Stammtisch
- Présentation
- Sortie du Stammtisch le 18 mai 2018
Partageons nos Talents
Le BERCAIL
Cultes à la Maison de Retraite
Ouvroir des Dames
Etude biblique
Groupe partage
Visiteurs d'hôpitaux et de malades
Groupe Emmanuel
Groupe Oecuménique
CASA
ACAT
Croix Bleue
Evénements
Paroisse
Jeunesse
Infos
Musique

Programme 2018-2019

Vendredi 4 janvier 2019 : Rachel Wolff, conseillère conjugale et familiale à l’UEPAL, « Couples, familles et parentalités», les familles changent… Comment les accompagner ?

Vendredi 1er février 2019 : « L’humour dans les religions » rions grâce à Freddy Sarg, pasteur à la retraite et écrivain.

Vendredi 1er mars 2019 : « Prévention routière :
les défauts d’assurance » Jean-Claude Scherer nous en parle.

Vendredi 5 avril 2019 : Martine Ott, conseillère médicale en environnement et pollution intérieurs, donnera ses conseils.

Vendredi 3 mai 2019 : « Et si nous revenions aux remèdes de grand’mère ? ». Amand Billmann, herborisateur, grand connaisseur des plantes nous expliquera comment utiliser les plantes sauvages et même ces plantes qu’on appelle mauvaises herbes.

Vendredi 7 juin 2019 : Excursion vers l’Allemagne. Nous serons reçus par la paroisse de Buhl,
poursuivrons vers Allerheiligen et terminerons la journée au Mummelsee.
... et bien sûr, toutes les rencontres se terminent autour d'un buffet de desserts offerts par les uns et les autres.










Imprimer le paragraphe Retour page précédente Haut de la page
Ci-dessous le programme sur papier, pour que vous puissiez imprimer et peut être diffuser à vos amis et personnes intéressées !
(cliquer sur le lien)




Stammtisch
Avec le Dr Robert Wohlfahrt : « A l’heure de partir, rester libre »

Créateur, naguère, avec d’autres, du deuxième centre de soins palliatifs en France (après Paris), le Dr Robert Wohlfahrt, de Wissembourg, membre de l’association « Le Droit de Mourir dans la Dignité » (ADMD) est sollicité par de multiples cercles, pour parler de ce thème. Le jour des défunts (2 novembre), il était l’invité du stammtisch de Haguenau.
« Je ne sais ce que je ferai à l’heure de partir. Mais je veux pouvoir choisir. Je veux rester libre de décider de ma sortie ». Le ton est donné. Avec des mots simples, le praticien a clairement énoncé la situation de la fin de vie dans différents pays d’Europe, en citant d’emblée les deux pays où le départ volontaire est légalisé.
Tout d’abord la Belgique : l’euthanasie y est autorisée, à condition que la personne demanderesse soit atteinte de maladie incurable, insupportable. Trois médecins auront, tout à tour, à juger de la situation. L’acte, effectué en hôpital, est pris en charge par la Sécurité Sociale – même française – et consiste en une injection réalisée par un médecin. On compte quelque 1700 cas l’an, dont 60% de Français.
La Suisse : Ici, il ne s’agit pas d’euthanasie, mais de « suicide assisté ». C’est une association qui va s’occuper de tout. Il faut être atteint d’une maladie incurable, invalidante et se munir du certificat d’un psychiatre. Suivent trois mois de réflexion, au bout desquels l’association accueille la personne dans un local dédié. Là, elle est invitée à boire une solution létale pendant qu’elle est filmée par une caméra. Le tout ne prend que quelques minutes. Et coûte la bagatelle de 10.000 €. A noter que c’est la personne elle-même qui commet l’acte de mettre fin à ses jours. Généralement suit la crémation du corps.
En France, c’est la Loi Léonetti qui prévaut après plusieurs révisions, d’ailleurs. Dans le cas d’une personne hospitalisée en fin de vie, sous morphine, on laisse opérer la sédation en la privant de boisson et d’alimentation. Robert Wohlfahrt s’est attardé sur les atermoiements politiques : « Le gouvernement a mis le point à l’ordre du jour de ses prochaines réflexions, en même temps que la GPA et la PMA auxquelles il semble d’ailleurs attacher plus d’importance. Néanmoins, 130 députés LREM sont d’accord pour signer une loi calquée sur le modèle belge ». L’ADMD souhaite que ce soit une association et non un médecin qui mène le processus. La loi devrait être au point d’ici fin 2019, mais on craint encore des mouvements d’opposition.
« J’ai assisté à de telles fins de vie volontaires, raconte le Dr Wohlfahrt. Ce sont des moments très chaleureux, d’émotion intense, de grande fraternité». Puis le praticien a évoqué les « volontés anticipées » en distribuant des formulaires par lesquels toute personne peut exprimer le souhait de choisir sa fin de vie, sous conditions, bien-sûr. « Les directives anticipées sont désormais proposées à toute personne hospitalisée ».
L’auditoire a posé de nombreuses questions. Notamment sur la réaction des communautés religieuses. « L’Eglise catholique et les Eglises évangéliques désapprouvent, l’Eglise protestante accompagne la démarche au cas par cas ». Quant aux autres pays, notamment les Etats-Unis, en général ils désapprouvent. Sur le continent nord-américain, seuls le Canada, la Californie et l’Oregon admettent l’euthanasie.

Marcel Neiss

Imprimer le paragraphe Retour page précédente Haut de la page
eglise, paroisse, protestants, haguenau, bas-rhin, alsace, strasbourg, paroisse, protestante, protestants, oecumenique, luther, luthérien, bible, prédication, liturgie, paix, forum, protestant, religion